Compte-rendu de la matinée "graine" par Noel

publié le 13 déc. 2010 à 22:26 par EcojardinsFontainois

J’étais présent à cette matinée « graines » samedi dernier, avec une grosse vingtaine de personnes très motivées. On a commencé par un jeu de rôles où Léna était Léon le paysan, qui a présenté la graine, le mode de reproduction des plantes, Sarah (membre du CA de Brin d’grelinette) était Capucine, et nous a parlé des modes de sélection des graines alternatives. Quant à Maud, elle a été Jean-Luc Bêche, patron de la firme « Produire toujours plus », et nous a parlé des modes de sélection industrielle, du catalogue officiel des semences, des hybrides F1.

En ce qui me concerne, j’ai joué le rôle d’un éco-jardinier qui voulait être informé dans ce maquis complexe.

On a entendu parler de la pollinisation, du droit que l’on pensait imprescriptible depuis le paléolithique et la naissance de l’agriculture, à savoir la récupération d’une partie des graines de sa récolte comme semence pour la saison suivante. Cette logique de simple bon sens est battue en brèche avec les techniques industrielles, comme les hybrides F1, obtenus par croisement de lignées pures, et dont le but est de combiner les avantages des deux parents, mais cela n’est valable qu’à la première génération, obligeant à racheter ses graines chaque année auprès du producteur si l’on veut conserver les avantages de l’hybridation F1, les graines issues des plantes hybrides F1 ne les présentant plus.

Tout cela sans même parler de la transgénèse, d’où sont issus les OGM, auxquels on inocule des gènes étrangers afin de faire produire un insecticide par la plante elle-même, ou encore induire une conservation améliorée de la récolte, parfois par l’introduction de gènes animaux à des végétaux, par exemple.

Il a été évoqué la loi française, qui impose depuis 1897 une inscription des graines destinées aux jardiniers amateurs au Catalogue Officiel, ces variétés retenues devant présenter des caractères dits « DHS » :

-          Distinction de la variété par rapport à toutes les variétés déjà inscrites

-          Homogénéité entre les individus de la variété

-          Stabilité dans le temps des caractéristiques de la variété

Si cette inscription présente un certain nombre de garanties pour l’amateur, elle restreint en même temps le choix…

On a donc aussi parlé de la biodiversité, représentée entre autres par des firmes alternatives qui proposent un large choix de graines « naturelles », et qui frisent l’illégalité dans certains cas.

Des sachets de graines « alternatives », mais aussi classiques étaient mis à disposition, ainsi qu’une sorte de bourse d’échanges.

On s’est aussi posé la question des mentions obligatoires sur un sachet de graines, sans y répondre sur le champ, et suite à la réunion, j’ai cherché sur Internet les éléments que je vous donne ci-après :

Quelles sont les mentions figurant sur un sachet de semences ?


Un sachet de semences potagères doit porter obligatoirement les mentions suivantes :
• "règles et normes CE", sauf dans le cas des variétés anciennes inscrite sur le registre annexe
• nom de l'espèce (radis, carotte...) et le nom complet de la variété
• grammage en poids ou en nombre de graines
• numéro de lot : indispensable pour la traçabilité de la semence contenue dans le sachet et référence indispensable en cas de réclamation sur la conformité de la semence
• dénomination de la catégorie de semences, généralement «semences standard » ou « St », pas de mention pour certaines espèces mineures
• raison sociale et adresse du conditionneur (ou un numéro conventionnel attribué par la DGCCRF).
• indication de la (ou des) matière active utilisée en cas de traitement chimique. (Ce n'est généralement pas le cas des semences destinées aux jardiniers amateurs)

La photo de la variété et sa description ne sont pas obligatoires. Elles sont mentionnées sous la responsabilité du conditionneur et doivent donc être exactes sous peine de poursuites.


Voilà les quelques lignes concernant la réunion, sachant que l’équipe de Brin d’grelinette avait préparé des tableaux synoptiques pour illustrer l’ensemble des éléments.

 Et pour finir, nous avons eu droit à un sympathique vin chaud qui nous a réchauffés, car malgré le soleil qui inondait la salle, on n’y tombait pas de chaleur !!

 

Comments